Coaching d'entrepreneure : 5 clés pour les femmes qui osent

Dernière mise à jour : 22 mars



Briefer son équipe en début de journée, pitcher son projet devant des investisseurs, séduire client après client et faire la une d’un journal local… hum, je voulais dire national. L’entrepreneuriat donne du sens à la vie pour 35 % des femmes. 60 % d’entre elles y voient un moyen de changer le monde. Aujourd’hui, nous revenons sur 5 conseils issus du coaching pour entrepreneure (ou entrepreneuse). Croyez-moi, l’ambiance s’annonce effervescente dans les couloirs de leurs boîtes.



1 – Développer des certitudes

La plus grande ressource d’une entreprise reste incontestablement la confiance. Dans le doute, l’équipe perd sa créativité, les investisseurs ne suivent pas et les clients se tournent vers d’autres produits. Mais avec la confiance, on fait croître la motivation et l’audace.

L’entrepreneure manque de temps comme de compétences pour s’occuper de tout. Elle doit choisir et déléguer. Son rôle principal consiste alors à inspirer les gens qui entourent son entreprise. Elle les rend confiants et puissants. L’entrepreneure est cette personne qui, dans les moments difficiles, ne dévie pas de son objectif et affirme à son équipe « Nous allons y arriver, nous allons suivre cette route, juste là. Venez avec moi ».

Listez vos certitudes et utilisez-les pour créer des passerelles jusqu’à votre vision.

2 – Ignorer les clichés et les idées reçues

« Une poigne de fer caractérise les entrepreneurs », « il faut avoir l’expérience des gros budgets », « l’entrepreneur n’a pas de vie de famille »… Les clichés fourmillent dans l’imaginaire collectif, jusqu’à laisser entendre que l’entrepreneuriat serait une vocation essentiellement masculine.

Le but du jeu n’est-il pas justement de proposer une solution nouvelle et personnelle ?

Listez vos valeurs, vos compétences, vos hobbies, vos envies. Et comme le disait Steeve Jobs : « reliez les points ». Que votre projet entre ou non dans le moule ne sera jamais une garantie de succès ou d’échec. Entreprendre en fonction de votre identité vous garantira un projet passionnant.

3 – Transformer la vie de ses clients

Le doute trouble parfois les nuits de l’entrepreneur. On se demande si notre produit va trouver ses clients ou si l’on n’a pas quitté un peu vite ce job d’employé bien sécurisant.

Michele Obama a l’habitude de dire que la réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez, mais à votre capacité à changer la vie des gens. Ayez une sincère envie de rendre service, écoutez vos clients. Ne leur proposez pas le produit le plus novateur ou le plus évolué techniquement. Proposez-leur celui qui efface leurs problèmes. Dès lors que vous savez dire pourquoi votre proposition va transformer le monde, votre capacité de persuasion, de négociation et votre attractivité explosent.

Demandez-vous simplement : que feriez-vous si vous possédiez une baguette magique ou que gagner votre vie devenait superflu.

4 – Apprendre continuellement et tester le coaching d'entrepreneure

Le recours à la formation ou au mentorat ressemble parfois à un aveu de faiblesse. Et pourtant, qui aurait confiance dans un médecin qui n’aurait pas mis à jour ses connaissances depuis 30 ans ? Avoir des certitudes ne doit pas vous empêcher d’apprendre.

Rencontrez de nouvelles personnes, fréquentez des clubs d'accompagnement d’entrepreneures, demandez conseil aux autres et voyez si ça a du sens dans votre projet. Lisez, formez-vous, investissez dans vos compétences. Le dépassement de soi provient toujours des pensées nouvelles.

Sara Blakely, entrepreneure à succès, déclare ainsi que la meilleure chose qu’elle ait faite est d’avoir confié ses faiblesses à des personnes compétentes. Et vous, comment pourriez-vous vous faire accompagner pour emmener votre entreprise encore plus loin ?

Pour en savoir plus sur l’intérêt d’un coaching d’entrepreneure, contactez Jo.

5 – Devenir une obsessionnelle créative

Les start-up portées par des femmes, en France, lèvent en moyenne 2,5 moins de fonds que celles portées par des hommes. La parité semble bien loin. Pourtant, Ayn Rand, philosophe et romancière disait : « La question n’est pas "qui va me donner l’autorisation de faire ça ?", mais plutôt "qui pourra m’arrêter ?" ».

De nombreux entrepreneurs attribuent leur échec au manque d’argent, de temps, de compétences… Bien sûr, tout deviendrait plus facile avec plus de moyens. Mais posez-vous plutôt cette question : quelle solution puis-je mettre en œuvre avec les ressources dont je dispose aujourd’hui ?

Un exercice intéressant consiste à chercher chaque soir une nouvelle utilisation pour un trombone. Oui, un simple trombone se révèle plus versatile qu’il n’y parait. Qu’imaginiez-vous ?




Nous avons vu 5 clés dédiées aux entrepreneures. Si vous connaissez des femmes qui veulent entreprendre, montrez leur cet article, il les aidera à se projeter encore plus loin. Mais si vous connaissez des hommes qui préparent des projets, montrez-leur également, au bout du compte, les règles sont les mêmes pour tout le monde, non ?

Pensez à vous abonner à la chaîne YouTube de Jo. Chaque semaine des vidéos de motivation pour booster votre détermination. Vous y trouverez également des hypnoses pour vous aider à élargir votre regard et envisager plus de possibilités. Mais quelque chose me chiffonne, dit-on entrepreneure ou entrepreneuse ?


Adrien






29 vues0 commentaire