• Adrien

Déstabilisez les personnes dominantes : votre survie en dépend

Dernière mise à jour : 4 oct.

Nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre à un dominateur. Vous savez, cette personne manipulatrice et agaçante qui finit toujours par nous faire passer pour le dindon de la farce. Mais là n’est pas le problème. Là où cela coince, c’est qu’à force de dénigrer nos idées et de nous rabaisser, il ronge notre confiance en nous. Et c’est la ligne rouge à ne pas franchir. Il veut jouer ? On va jouer. On va lui rabattre le caquet. Mais nous allons voir ensemble comment déstabiliser les personnes dominantes proprement (on nous regarde peut-être).





1 — Contrer la domination physique

Parmi les signes distinctifs du dominateur, il y en a un qui ne trompe pas : il se place au-dessus de nous, psychologiquement, mais aussi physiquement. Comment ? Il pose sa main sur notre épaule comme si nous étions un ami. Le dominateur va jusqu’à envelopper notre main entre les siennes ou carrément nous attraper le bras lors d’une poignée de main.

Montrer notre agacement ou réagir énergiquement ne ferait que mettre en évidence notre sensation de faiblesse. Il existe néanmoins différentes stratégies pour s’en sortir :

  • se déplacer très légèrement pour faire tomber son geste à l’eau ;

  • oser une pointe d’humour avant de retirer sa main ;

  • jouer l’escalade pour le dominer à notre tour.

Si une personne tente de vous serrer la main en tournant sa paume vers le sol, elle veut recouvrir votre main, et donc, vous dominer. Déplacez-vous sur sa droite en vous rapprochant pour la forcer à changer de position.

Si elle prend votre main entre les siennes, utilisez vous aussi votre seconde main pour lui montrer que vous êtes au même niveau qu’elle.

Si elle vous saisit le bras ou pose sa main sur votre épaule, remarquez simplement « Tu as égaré une main » et saisissez-la pour la retirer.

2 — Continuer de parler

Une autre caractéristique des dominateurs est leur tendance à monopoliser la parole. De cette manière, ils vous empêchent d’avancer vos arguments et vous restez sur une sensation d’opportunité manquée.

Si le dominateur tente de vous interrompre, continuez de parler comme si vous ne l'entendiez pas. S’il persiste, faites-lui remarquer que vous êtes en train de parler et qu’il pourra s’exprimer quand vous aurez terminé. C’est souvent à ce moment qu’il tente de balayer votre raisonnement. Expliquer alors qu’il jugera votre point de vue lorsqu’il l’aura entendu en entier.

3 — Sabstenir de dire merci

Nous arrivons à mon conseil préféré. Il reste extrêmement simple et va à l’encontre des discours habituels : vous ne devez pas dire merci.

La gratitude constitue un concept fondamental si vous voulez multiplier vos résultats. Nous en avons déjà parlé et c’est encore d’actualité aujourd’hui. Un ami vous offre un café, remerciez-le.

Mais lorsqu’un dominateur vous fait un compliment, il emploie une stratégie subtile pour vous rabaisser. Il suggère ainsi qu’il est en droit de vous juger. Il insinue qu’il se situe à un niveau supérieur au vôtre. Et c’est très fort de sa part, car les réflexes ou la politesse nous obligent généralement à accepter cette supériorité par un merci.

La première étape consiste, vous l’aurez compris, à bannir le merci. Vous pouvez répondre par un nonchalant « tu peux aussi y arriver ». Et s’il n’y a pas de témoins, vous pouvez aller jusqu’à un « Qu’est-ce que tu veux ? » ou un « Tu n’es pas le seul à savoir faire ça ». Vous soulignez ainsi que sa manœuvre se révèle grossière ou que sa position n’est pas si supérieure. Mais attention à ne pas humilier les gens en public, cela pourrait se retourner contre vous, il a peut-être d’autres cartes en main.

4 — Désamorcer les ultimatums manipulateurs

« j’aurais dû lui répondre que. ». Le temps joue souvent contre nous lors d’un bras de fer verbal. On réagit dans l’instant et à froid on découvre de meilleures alternatives. Mais il est trop tard. Là encore, le dominateur sait en jouer à sa convenance.

Pour vous piéger en toute discrétion, il vous propose plusieurs possibilités et vous demande un choix immédiat. Si la manœuvre se révèle sournoise, c’est que toutes les alternatives sont à son avantage.

Lorsqu’un manipulateur vous offre un choix, indiquez-lui que vous lui donnerez réponse plus tard. Prenez le temps d’évaluer les possibilités qu’il a voulu vous cacher pour revenir plus fort dans la discussion. Bien sûr, il insistera pour obtenir une réponse immédiate et vous forcer à l’erreur. Soulignez simplement que vous prenez toujours le temps de mûrir votre réflexion avant de vous positionner et que vous répondrez plus tard.

5 — Rester maître de son temps

Le dominateur est chronophage. Il se nourrit de votre temps. Et c’est un vrai sujet parce que cela va bien plus loin qu’une insinuation ou qu’une tape sur l’épaule. En prenant votre temps, non seulement il s’impose, mais en plus il interfère dans vos propres objectifs.

Montrez que ce que vous faites est important. Continuez votre activité calmement pendant quelques secondes. Faites comme s'il n'avait pas réussi à faire descendre votre concentration.

Après ces quelques secondes, dites-lui que vous êtes sur un dossier important et que vous l’aiderez plus tard. Insistez bien sur le fait que vous l’aiderez (et donc que vous détenez un savoir-faire supérieur), mais précisez quand et pendant combien de temps. Il s’est introduit dans votre emploi du temps, mais vous restez le maître.

6 — Les formules jokers pour déstabiliser une personne dominatrice

Les manœuvres imprévisibles font partie de l’arsenal du dominateur. On ne peut pas anticiper toutes ses interventions. C’est un peu là le problème. Mais nous pouvons garder dans notre manche quelques phrases universelles pour faire redescendre la pression.

Lorsqu’on tente de vous imposer un point de vue, vous pouvez répondre « es-tu certain de ça ? ». Vous sous-entendez que la personne ne possède pas toutes les informations. Laissez croire que vous en savez plus, mais si on vous pose la question, contentez-vous de souligner les zones d’incertitude dans son raisonnement.

Lorsque vous êtes victime d’un sous-entendu, demandez des détails avec une phrase du type « Qu’est-ce qui te fait dire ça ? » ou « Qu’entends-tu par là ». Si la personne qui vous attaque entre dans les détails, elle risque de se retrouver en situation politiquement incorrecte. Sa seule autre alternative sera de reculer.

Si elle choisit d’avancer et de rentrer dans une critique plus directe, soulignez l’importance des traits de caractère qu’on vous reproche. Vous faites toujours les mauvais choix ? Les gens qui ne font jamais de mauvais choix n’apprennent pas. Vous êtes trop impulsif ? C’est le signe de l’engagement.

7 — Masquer ses émotions

Une infinité d’autres situations peuvent se produire. La stratégie générale face à un dominateur consiste à ne pas laisser transparaître ses émotions. Le dominateur n’a d’emprise que si vous lui offrez des prises.

Celui qui perçoit votre colère, votre hésitation ou votre peur sait qu’il est sur la bonne voie pour vous faire renoncer ou pour vous tourner en ridicule. On fait souvent des erreurs sous l’effet de la colère. À l’inverse, montrez votre calme et votre maîtrise.

En termes de maîtrise, l’exemple absolu reste James Bond. Il est menacé par des armes ou des sous-entendus, mais ne se laisse jamais perturber pour autant. Son assurance se révèle dans l'économie de gestes. Il n’hésite pas, n’utilise pas de gestes parasites et va droit au but. À l’inverse, quelqu’un qui se touche le visage, se gratte l’oreille, se tient un bras, envoie des signes de gêne.

Mais nous connaissons tous cette sensation de colère. On est submergée par un flot d’adrénaline et l'on ne peut que monter au créneau. D’un point de vue biologique, ce mécanisme ne dure pas plus de 90 secondes. Au-delà, nous entretenons mentalement la colère en ressassant des idées qui la renouvellent. Si vous pensez que vous allez sortir de vos gonds, prenez conscience de ce qui est en train de se passer en vous, masquez vos émotions et attendez une minute trente avant de prendre la parole.





Ce petit récapitulatif des techniques de domination et de leurs parades touche à sa fin. On peut toujours être pris au dépourvu, le principe de base consiste à rester calme, confiant, et d’ignorer le dominateur. Mais revenez de temps en temps jeter un œil à cette check-list ;-)


N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube de Jo. Ses vidéos de motivation et de relaxation vous aident à faire le plein d’énergie pour avancer et aller encore un peu plus loin vers vos objectifs.


À bientôt,


Adrien






34 vues0 commentaire