• Adrien

Développer sa créativité : vous êtes unique, profitez-en

Sortir de l’impasse avec brio, créer l’événement, se sentir libre. Avez-vous déjà ressenti cette sensation de satisfaction quand tout semble bloqué, mais que, sans vraiment savoir pourquoi, vous trouvez finalement l’Idée. Cette petite idée dont certains diront qu’elle était évidente. Celle qui ouvre toutes les portes d’un seul coup. Celle qui nous fait penser un instant « heureusement que j’étais là ». On dit souvent que les défis pimentent la vie, mais il faut reconnaître que la créativité porte l’assaisonnement à un autre niveau. Alors, j’ai eu une idée : et si nous voyions ensemble comment développer notre créativité.



1 — Se poser les bonnes questions

L’effet de fixation décrit une situation dans laquelle nous ne pouvons plus nous décrocher d’une certaine vision. Une erreur d’appréciation ou des années à pratiquer une méthodologie précise peuvent fermer notre esprit aux nouvelles approches. Que se passerait-il si nous pouvions simplement changer la façon dont nous nous questionnons ?

Le jeu du martien consiste justement à décrire les problèmes à un étranger qui ne les connaît pas. Vous devez alors formuler des phrases sans utiliser de mots techniques et expliquer l’origine des contraintes. Le martien se révèle souvent trop candide pour trouver une solution, mais les choses sont bien plus limpides pour votre cerveau. Et si vous n’avez pas l’habitude de déjeuner avec un martien le matin avant d’aller au boulot, vous pouvez tout aussi bien faire avec un enfant de 8 ans.

La technique de la baguette magique est une autre façon de questionner son inconscient. Elle nous suggère de formuler une problématique puis de décrire des situations dans lesquelles elle n’existerait pas ou dans lesquelles elle serait déjà résolue. Je vous donne un exemple : « Le réchauffement climatique est enrayé depuis que des bonbonnes récupèrent les gaz d’échappement des voitures ».

2 — Soigner son vocabulaire

La créativité c’est la liberté. On oublie souvent que nous avons le droit de faire des choses différentes, nous pouvons aller à contre-courant.

Pour augmenter votre créativité, prenez l’habitude de remplacer le verbe « devoir » par « choisir ». « Je dois trouver le moyen de » devient « je choisis d’explorer cette voie ». Vous noterez probablement que vous serez plus enthousiaste dans votre démarche, mais que vous vous donnez aussi le droit de changer vos pistes de réflexion. Vous n’êtes plus enfermés dans un schéma.

3 — Accepter l’EPJ

Les artistes redoutent particulièrement le manque de créativité. C’est un peu leur fonds de commerce. Et les écrivains ont l’habitude de dire que pour pallier le syndrome de la page blanche, ils doivent avant tout accepter l’épouvantable premier jet : l’EPJ.

L’épouvantable premier jet, c’est cette première tentative qui donne des résultats tellement mauvais. La tentative dont on ne veut pas assumer la paternité, qui nous pousse à attendre, encore et encore, une meilleure idée. Bref, ce phénomène est tellement répandu qu’on lui a donné ce petit nom d’EPJ.

Entre l’impasse et la solution parfaite, une multitude de solutions approximatives, temporaires prennent pourtant leur place. David n’était qu’un bloc de granit. Michel Ange l’a taillé et corrigé encore et encore pour enlever chaque imperfection jusqu’à obtenir la si célèbre référence artistique. Lancez-vous, vous verrez ensuite.

4 — Pratiquer pensée divergente et convergente

Le principe de pensée divergente nous incite à multiplier les EPJ. Produisez le maximum de premières idées, donnez une chance à toutes les éventualités. Ne vous jugez pas, mais donnez-vous des pistes à explorer. C’est dans un second temps que vient la pensée convergente.

Après avoir laissé notre esprit vagabonder avec une certaine liberté, une fois qu’il est oxygéné et inspiré, on peut se focaliser à nouveau sur notre objectif et voir comment tous ces fragments de solution peuvent s’emboîter ou se corriger pour arriver à une proposition subtile à un point que vous n’imaginez même pas, pour l’instant.

Habituez-vous à prendre un temps d’exploration avant de décider, même si tout vous semble évident dès le début. Avec le temps, les solutions créatives vous viendront plus facilement.

5 — Changer ses habitudes

Nos pensées proviennent de stimulations extérieures. On nous pose une question et l’on réfléchit à une réponse. On voit une jolie maison à la télévision et l’on se dit qu’on devrait faire des travaux. Et parfois, l’atmosphère, l’ambiance d’un lieu se propage dans notre esprit et change notre façon de penser.

Une façon simple de travailler sa créativité consiste à s’installer dans de nouveaux endroits. Laissez le bureau de côté et allez travailler dans un espace foisonnant d’échanges comme un coworking. Essayez de quitter le coworking pour l’évasion d’un café où se répand le parfum des arabicas. Abandonnez le café pour l’intimité de votre terrasse.

Le quotidien nous enferme dans la routine. Nous reproduisons sans arrêt les mêmes gestes. Les ruptures remettent le cerveau en mode exploration.

Quelles routines pouvez-vous briser ? Vous pourriez déjeuner ailleurs qu’à la cantine ce midi. Vous pourriez aller au bureau sans costume. Vous pourriez aller à l’Opéra. Vous pourriez essayer de travailler avec un autre binôme. Vous pourriez éteindre la télé et regarder… YouTube… par exemple… la chaîne de Jo. Vous pourriez vous déplacer à vélo…

À vous de jouer, demain, vous brisez les règles.

6 — Garder un crayon sur soi

George de Mestral marchait dans les montagnes quand des fruits de bardane se sont empêtrés dans ses chaussettes. C’est en plein milieu des Alpes qu’il a imaginé le velcro. C’est dans son bain moussant qu’Archimède a compris pourquoi les bateaux flottent. Et c’est dans une partie de cartes entre amis que Lord Sandwich a inventé… le sandwich. Les histoires de ce genre ne manquent pas.

Des pensées nous traversent l’esprit dans les situations les plus impromptues. Et certaines sont parfois de vraies pépites. On se dit « eurêka », mais une fois revenu derrière un bureau, il ne nous reste qu’un vague souvenir. Les détails qui faisaient toute la subtilité de la solution se sont évaporés.

Garder un crayon et du papier sur soi, c’est la garantie de ne pas oublier ses idées.

Certains diront qu’un smartphone fait tout autant l’affaire, ça dépend de votre appareil. La meilleure façon de noter une idée, c’est souvent un croquis. Ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ? Un schéma met en évidence les points d’achoppement et les ouvertures dans une situation. Si vous pouvez dessiner sur votre téléphone, tout va bien sinon, un crayon, c’est mieux.

7 — Gardez aussi un trombone

Le test des usages alternatifs est une idée de Joy Paul Guilford. Le professeur de psychologie l’imagine en 1967, dans le cadre de ses travaux sur les pensées convergentes et divergentes. Il propose de challenger notre capacité à utiliser la pensée latérale, c’est-à-dire à nous affranchir de la fixation pour penser en dehors des schémas habituels.

Les règles sont simples : prenez un objet commun… au hasard… un trombone. Puis donnez-vous 10 minutes pour trouver un maximum d’usages pour cet objet. Bien sûr, on pense immédiatement à attacher du papier ou appuyer sur le bouton reset d’un objet électronique. Mais vous pouvez aussi le déplier et le tordre en hameçon, en pince, en boucle d’oreille. On peut lester un avion en papier ou crocheter une serrure… Les plus audacieux vont jusqu’à le fondre pour réutiliser le métal…

Les résultats du test restent difficilement quantifiables, mais ils vous renseignent sur :

  • votre aisance à faire des propositions ;

  • L’originalité de la pensée ;

  • la variété des idées ;

  • le niveau de complexité de la transformation proposée.

Pour pousser l’expérience plus loin, pratiquez l’exercice avec des enfants. Ils obtiennent généralement d’excellents résultats. Il peut être intéressant d’analyser comment ils en sont arrivés à leurs idées.

Attention, une pointe d’humour permet d’obtenir de bien meilleurs résultats !


Nous venons d’explorer 7 clefs pour stimuler notre créativité. Pour résumer, la créativité, c’est une faculté qui s’entraîne par de petits exercices destinés à diminuer l’effet de fixation. Mais c’est aussi et surtout une façon de se questionner. Alors, bien sûr, des dizaines d’autres méthodes peuvent stimuler notre créativité. Et l’une d’entre elles est un thème de prédilection sur ce site : l’hypnose. Jetez un œil à l’article dédié à l’hypnose et vous verrez que certains a priori pourraient disparaître. Pour aller encore plus loin, notre article sur l'art de développer son intuition complète également trés bien ce sujet sur la créativité.

Comme toujours, allez faire un tour sur chaîne YouTube de Jo. Il vient de lancer un nouveau format de vidéos courtes, assez surprenantes pour nous questionner un peu plus. N’hésitez pas à les commenter !


À bientôt,


Adrien






21 vues0 commentaire