La Peur du manque d’Argent : est-elle justifiée ?

Dernière mise à jour : il y a 6 jours

Aurez-vous assez d’argent ? Entre l’appartement à payer, les enfants à nourrir et les crises économiques à répétition, on se demande parfois quel avenir nous attend. Il est normal de se poser des questions, mais les choses tendent à se complexifier lorsqu’on a des projets. Est-ce le bon moment pour changer de voiture, pour quitter son job ou monter sa boîte ? L’argent ne fait pas le bonheur, mais il conditionne beaucoup de nos comportements. Aujourd’hui, nous revenons sur la façon dont l’argent modifie notre estime de nous-mêmes et notre confiance en l’avenir. Et je vous dis tout de suite, vous n’avez aucune raison d’avoir peur du manque d’argent.




Quel est votre rapport à l’argent ?

L’estime de soi se trouve à l’intersection de l’image de soi, de la confiance en soi et de l’amour de soi. Elle est aussi étrangement liée à notre rapport à l’argent. Prenons quelques exemples.

Un entrepreneur qui s’aime, qui reconnaît sa valeur, qui a confiance dans le service qu’il apporte aux autres, ne voit aucun problème à proposer un tarif juste à ses clients. À l’inverse, celui qui doute propose des prix au-dessous du marché et hésite même à transmettre ses factures.

Celui qui nourrit une faible image de lui-même compense généralement par des signes extérieurs de richesse. Lorsqu’on se sent dépassé par nos défauts, on cherche à se justifier en exposant une réussite parfois superficielle. On veut dire aux autres qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait des études pour rouler dans une belle voiture. Mais ces cosmétiques pécuniaires ne modifient pas réellement le regard que nous portons sur nous-mêmes.

Selon notre environnement familial, notre vécu ou nos croyances, nous ne vivons pas l’argent et ses conséquences de la même manière. Prendre conscience de notre rapport à l’argent permet d’expliquer certains de nos comportements pour mieux les réguler.

On peut regarder le rapport à l’argent sous deux angles complémentaires : la façon dont les gens gagnent l’argent et la façon dont ils le dépensent.

Sur le plan des dépenses, on retrouvera :

  • les profils « écureuils ». Ces personnes amassent un maximum de richesses et évitent méticuleusement de les dépenser. Elles éprouvent une insécurité permanente et ont besoin de réserves pour survivre à tous les problèmes qui se préparent pour eux ou ceux qu’ils aiment.

  • les « dépensiers ». Ces profils associent l’argent au plaisir et à la générosité.

Sur le plan des gains, on distingue :

  • « les anorexiques financiers ». L’argent symbolise une forme de vice pour ces personnes. Pour certains, c’est en quelque sorte l’outil que les puissants utilisent pour asservir les faibles. C’est la corruption du système. D'autres croient ne pas mériter l'argent. S'ils en gagnent, c'est qu'il escroquent les autres.

  • « les accros ». Pour eux, l’argent est un indicateur de performance. C’est un score dans un sport. Ils recherchent avant tout la prise de risque, le défi et le dépassement de soi. Ils travaillent toujours plus.

Ces deux plans permettent de définir quatre catégories de personnes. Dans la réalité, bien sûr, rien n’est totalement blanc ou noir et une multitude de rapports à l’argent existe entre les extrêmes que nous avons décrits. Quoi qu’il en soit, un même montant sur un compte en banque peut provoquer un sentiment tout à fait différent en fonction de votre profil. Il n’y a pas de vérité absolue, mais des perceptions différentes de la situation.

Aucun profil n’est plus efficace qu’un autre. L’écureuil qui ne veut pas dépenser n’est pas plus avancé que le dépensier qui a déjà tout flambé. Celui qui ne veut pas gagner d’argent n’est pas plus heureux ou malheureux que celui qui se donne entièrement dans son travail. L’idéal reste de trouver une forme d’équilibre.

Comment ne plus avoir peur de manquer d’argent ?

La façon dont on vit l’argent n’est pas problématique en soi tant que nous évoluons en accord avec nos valeurs. Ce qui devient gênant, en revanche, c’est l’anxiété financière qui peut vous mettre physiquement et psychiquement à rude épreuve. Ces quelques principes sont souvent utiles pour prendre du recul.

Ne pas se comparer

Nous n’exposons au grand jour que les meilleurs moments de notre vie. Les autres ne font pas exception. Les belles photos de voyage sur les réseaux sociaux ne disent rien sur l’état des finances ou des dettes des gens. Ce qu’ils nous montrent n’est pas un point de repère.

Nous l’avons vu, chacun possède sa propre perception de l’argent et du bonheur. Chercher à obtenir le même capital financier que les autres ne garantira pas que nous arrivions à la même sensation d’accomplissement.

Finalement, en vous comparant, vous risquez d’entrer dans le jeu de la surenchère, dépenser plus pour afficher une façade à la hauteur et finalement vous mettre dans une insécurité qui n’existait pas avant.

Nos sentiments cachent toujours un message. Si vous sentez que vous êtes affecté par les démonstrations des autres, il est intéressant de chercher à comprendre l’origine de vos émotions.

Comprendre ses croyances limitantes

Nous sommes faits de croyances. Certaines nous empêchent de passer à l’action ou limitent nos résultats. On les appelle les croyances limitantes. La bonne nouvelle c’est que nous pouvons les désamorcer lorsque nous prenons conscience de leur existence.

La première étape consiste donc à identifier vos croyances limitantes. Lorsque vous remarquez un malaise dans votre rapport à l’argent, ou lorsque vous voyez que vous vous retrouvez régulièrement dans une situation financière complexe, demandez-vous comment vos croyances vous amènent dans cette situation. Parmi les pensées les plus fréquentes, on trouve :

  • l’argent ne fait pas le bonheur ;

  • l’argent, ça va ça vient ;

  • l’argent corrompt les hommes ;

  • l’argent est une invention des riches ;

  • l’argent sert à profiter tout de suite ;

  • les autres m’aimeront plus si je fais des cadeaux ;

  • je serai heureux si j’impressionne mon entourage ;

Lorsque vous avez identifié vos croyances limitantes, on peut rechercher leur origine. Concernant l’argent, on rencontre fréquemment 3 sources :

  • La publicité et le marketing tentent d’associer nos valeurs personnelles à des produits de consommation.

  • L’histoire familiale peut être marquée par un manque, une réussite ou un esprit de précaution ou de compétition. Les affirmations de nos parents se sont, petit à petit, ancrées dans notre inconscient.

  • Le regard des autres et, en particulier depuis l’avènement des réseaux sociaux, la chasse aux likes et aux photos ultras retouchées nous incitent à exagérer les situations.

À ce niveau de votre questionnement, vous pouvez prendre du recul et vous demander si ces croyances sont justifiées ou non. Est-ce qu’elles font véritablement partie de votre système de valeur ou est-ce que l’on vous a juste appris à penser ainsi. Les croyances sont parfois justifiées pour nos parents, nos amis, le vendeur du dernier iPhone, ou cette personne qui juge tout le monde, mais pour vous et vous seul, qu’est-ce qui compte vraiment ? Trouvez les exemples dans lesquels ces croyances se révèlent manifestement fausses.

Éprouver la gratitude

Nous sommes tous riches, mais nous ne le voyons plus. L’économie mondiale rencontre certainement de grandes difficultés, mais on ne peut pas nier les progrès de la médecine, de la technologie ou des offres de voyage low cost… Cela signifie que l’on accorde perpétuellement de l’attention à ce qui pourrait ne pas aller et que l’on en accorde beaucoup moins à ce qui va bien.

Prendre conscience de ces détails qui vont bien, éprouver de la gratitude, c’est retirer un poids de nos épaules. Acceptez que votre situation comporte des incertitudes. Vous avez le droit de vous tromper. Vous avez le droit d’être en difficulté ou de vouloir améliorer votre situation financière.


Notre voyage dans le monde de l’argent touche à sa fin. Il s’agit d’un vaste sujet que chacun aborde à sa façon. Mais la plupart du temps, notre rapport à l’argent reflète notre estime de nous-mêmes. Il explique ainsi pourquoi des personnes peuvent mieux négocier leurs services que d’autres et pourquoi certains hésitent à dépenser plus que d’autres. Pour lever les obstacles enfouis au fond de notre cerveau, rien de tel qu’une exploration de nos croyances limitantes. Mais vous pouvez aussi consulter nos exercices pour développer l'estime de soi.

Si vous avez besoin de prendre du recul pour mieux analyser vos comportements, abonnez-vous à la chaîne YouTube de Jo Sainz. Des vidéos décontractées et décomplexées vous aideront à regarder les choses sous un autre angle.


À bientôt.







23 vues0 commentaire