Comment se libérer des personnes toxiques ?

Dernière mise à jour : 17 juin

Je ne sais pas pour vous, mais moi je connais des personnes toxiques. Je pense à quelqu’un en particulier, vous savez, ce genre de personne incompétente, chronophage, énergivore et même menaçante parfois. Ce qui fait qu’une personne est toxique, ce n’est pas tellement qu’elle est insupportable, ou nuisible, c’est plutôt que, petit à petit, elle déteint sur nous. Alors la question est simple : peut-on, à son tour, manipuler une personne toxique ?




Comprendre les profils toxiques

Une multitude de profils psychologiques correspond à ce qu’on appelle « toxique ».

Les personnalités « borderline » ne sont pas malveillantes ou méchantes en soi. Elles ne se rendent simplement pas compte de l’effet qu’elles produisent sur leur entourage. Il peut s’agir d’une personne grincheuse qui ressasse encore et encore les mêmes événements parfois passés depuis longtemps. On trouve le pessimiste pour qui les événements ne peuvent que mal se terminer, comme s’il n’arrivait jamais rien de bon ici-bas. Et à l’inverse, les énergivores débordent de tant d’enthousiasme et d’énergie qu’ils nous désorientent et nous épuisent.

L’autre constitue un objet de domination et d’intimidation pour les personnes antisociales. Dans ce cas, la personne toxique dévalorise nos travaux et lance des pics. Dans les cas extrêmes (pourtant fréquents), ces profils peuvent se révéler agressifs ou violents.

Le profil narcissique a besoin d’être admiré. Il fait preuve de fierté et d’arrogance. Ce type de comportement se révèle parfois drôle. En revanche, le narcissique toxique fait systématiquement passer son intérêt avant celui des autres. Il vaut tellement mieux que les gens qui l’entourent. Il voit tellement plus loin que son entourage que l’influence et la manipulation lui semble naturelle.

La personne paranoïaque éprouve peur et méfiance en permanence. Il est persuadé que le monde lui en veut, que les pièges se cachent partout. Il vous accuse de trahison au moindre avis divergent. Il se révèle souvent rancunier, mais prétend ne pas l’être. Il n’admet jamais ses erreurs et ses excès.

Nous sommes tous toxiques à notre façon. Nous avons tous des moments de faiblesse d’égarement. La toxicité s’évalue aussi par rapport à nos propres codes de conduite.

La toxicité finalement ce n’est pas tellement le comportement de l’un ou de l’autre. C’est plutôt une situation qui se met en place, qui s’entretient en profitant des imperfections psychologiques de chacun. Gérer la toxicité, ce n’est pas combattre les gens, mais ramener une forme d’équilibre dans une situation.

Comment gérer une personnalité toxique en 5 étapes ?

1 — Prendre du recul

Nous sommes donc tous toxiques pour quelqu’un. Personne n’est parfait. Des actes malsains cachent souvent des auteurs plus maladroits ou ignorants que méchants. Une pincée de compréhension ne résout pas tout, mais elle relâche la pression intérieure. Cependant, comprendre qu’une personne ait un comportement toxique ne signifie pas pour autant accepter ou l’autoriser à avoir ce comportement.

Se positionner dans la « réaction », la « réplique », ou simplement dans l’agacement profond, c’est laisser prise à la toxicité. C’est accepter que le venin se répande en nous.

Rien ne vous oblige à écouter les autres éternellement. Faites part de votre point de vue et revenez au sujet qui compte vraiment pour vous et à ce que vous pouvez changer.

2 — Créer une brèche dans l’esprit de l’autre

Une personne toxique est souvent sa propre victime. Elle s’enferme dans des schémas peu productifs et tente de les imposer aux autres. Casser ces raisonnements par la force se révèle complexe, en particulier si la personne a perdu son objectivité.

Posez des questions, n’imposez pas de réponse. Ne vous positionnez pas comme un adversaire qui pense différemment, mais comme un allié qui pousse la réflexion plus loin.

On prend subtilement l’ascendant lorsqu’on questionne. On demande son avis à l’autre, on laisse supposer qu’il détient la bonne réponse, mais on attend en réalité qu’il devienne force de proposition.

Une réaction précipitée ou une réaction occasionne des maladresses. En posant une question, on met la balle dans le camp de l’adversaire et on se donne du temps pour préparer un comportement plus opportun.

Une question peut sembler complexe et pourtant des phrases simples et génériques s’avèrent très efficaces. Essayez par exemple :

  • Quelle heure est-il ? (Aussi surprenant que cela puisse paraître, cette question est même recommandé en cas d’agression physique dans la rue).

  • Comment en es-tu arrivé à cette conclusion ?

  • Qu’as-tu compris à travers cette situation ?

  • Que peux-tu faire ?

3 — Infuser notre message

On peut râler pendant des heures après une personne qui prend trop d’importance, qui consomme notre énergie ou qui fait preuve d’une stupidité exemplaire. Mais on oublie parfois qu’un individu toxique prend simplement la place qu’on lui a laissée.

Posez les limites. Si vous ne supportez plus les complaintes d’une personne, si vous ne voulez plus vivre sous ses menaces, dites-lui. Selon la situation, vous pouvez simplement faire remarquer « tu me l’as déjà dit et j’ai beaucoup de travail » ou vous pouvez le regarder droit dans les yeux, vous approchez et affirmer « si tu continues, je devrais réagir ».

Reformuler et un excellent moyen de poser une limite en douceur. Lorsqu’on déclare que vous n’êtes « bon à rien », reprenez la personne en lui demandant « tu veux dire que bientôt je ferai mieux ? ». Si l’on vous dit que « c’est impossible », demandez « tu penses que les gens vont être impressionnés ? »… Lorsqu’on vous présente un verre à moitié vide, faites remarquer qu’il reste à moitié plein.

4 — Détourner le rôle des gens

Les gens paraissent parfois toxiques. Ils ne facilitent pas toujours les choses, c’est vrai. Mais il nous revient également d’adopter une posture positive et de tirer le meilleur avantage de la situation.

Un moment difficile ou une personne incontrôlable ont beaucoup de choses à nous apporter, malgré les apparences. Dans le pire des cas, il constitue une formidable opportunité de travailler sur nous et de nous renforcer. David Laroche s’en amuse et surnomme les personnes toxiques dans le répertoire de son téléphone. L’un devient le « coach pour apprendre à poser de bonnes questions » quand l’autre est un « exercice pour voir le positif quand tout va mal ».

Se rappeler qu’une situation constitue un challenge aide beaucoup à ne pas se laisser aller du côté obscur. Fixez-vous un objectif par rapport à chaque personne toxique :

  • rester zen et détaché lorsqu’elle vous critique ;

  • voir l’opportunité d’amélioration ;

  • reformuler pour faire apparaître le côté positif ;

  • poser les bonnes questions ;

  • ramener les gens dans un mode de pensée positif.

Tirer l’enseignement d’une situation désagréable reste le meilleur moyen d’y échapper. Fuyez une situation toxique et un autre événement similaire finira par apparaître. En revanche, si vous vous entraînez à les maîtriser, alors vous serez immunisé. Et vous pourrez diffuser une façon de penser positive autour de vous.

5 — Éliminez les personnes toxiques

Les personnes et situations toxiques sont parfois plus incontrôlables que la théorie veut bien l’admettre. Dans ce cas, il est simplement préférable de sortir ces personnes de votre vie. Arrêter de fréquenter les gens qui vous empoisonnent si vous n’arrivez pas à vous faire entendre.

Nous sommes un mélange de ce que nous avons vécu dans le passé, de l’éducation que nous avons reçue et des gens que nous avons fréquentés. Rester trop longtemps au contact de personnes toxiques permet rarement d’adopter un comportement mesuré sur le long terme.





Qui n’est pas toxique ? Mon voisin pourrait agir de façon plus appropriée. Mon patron devrait me comprendre. Ma famille devrait exiger moins de résultats de ma part. Gérer une personne toxique, c’est souvent se placer au-dessus de ces situations et adopter un comportement plus exemplaire.

Bref, si quelqu’un vous empoisonne avec des comportements agressifs et négatifs, rien ne vous empêche de faire une petite piqûre de positive attitude, de détachement ou d’affirmation de vous-même en retour. Avec le temps, il y a fort à parier que ces personnes adoptent des comportements plus constructifs. Mais rappelez-vous, on ne combat pas les gens, mais seulement une situation.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube de Jo. Chaque semaine, une vidéo vous présente des conseils, des hypnoses ou des phrases motivantes pour voir la vie sous un autre angle.

Adrien






32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout