Estime de soi : petite liste des erreurs trop fréquentes

Pouvez-vous croire en vous ? L’estime de soi est un concept surprenant. Certains le voient parfois comme une façon de résister au monde qui nous entoure. Ils l'assimilent à l’arrogance ou aux signes extérieurs de richesse. Mais derrière l’estime de soi se cache une réalité bien plus simple. Il s’agit surtout de prendre plaisir à être soi-même, parce que ce qui compte ne se joue pas entre vous et le reste du monde, mais entre vous… et vous. Aujourd’hui, nous décortiquons les fausses croyances au sujet de l’estime de soi. Parce que, oui, vous avez le droit de croire en vous.




L’estime de soi ne définit pas ce que vous valez

Rien n’est plus abstrait que l’estime de soi. Ce concept reflète l’écart entre ce que nous voudrions être et ce que nous croyons être. Et à aucun moment, il ne fait référence à ce que nous sommes vraiment. Si nous l’appelons estime de soi, c’est bien parce qu’il s’agit d’une estimation.

Les signes de richesse n’y changent rien. Une belle voiture de sport, un entourage qui n’ose pas vous contredire, des hommes ou des femmes qui se jettent à vos pieds peuvent éventuellement flatter votre ego. Ils peuvent nous aider à nous sentir bien selon le sens que nous donnons à notre vie. Mais ils ne modifient pas notre estime de nous parce que nous ne sommes pas ce que nous possédons. Les cas de superstars qui possèdent tout, mais qui ont une mauvaise estime d’elles-mêmes foisonnent.

Vos valeurs font la différence. L’estime de soi naît dans l’adéquation entre votre comportement et vos convictions. Celui qui lutte seul, hué par tous, développe son estime de lui-même s’il se bat pour une cause qui lui semble juste. Plus précisément, l’estime de soi repose sur 3 piliers que nous allons explorer :

  • l’amour de soi ;

  • l’image de soi ;

  • la confiance en soi.

L’amour de soi n’est pas le narcissisme

Plusieurs définitions peuvent décrire le narcissisme. Dans la mythologie, Narcisse devient son propre amant. En psychologie, il désigne plutôt une tendance à l’égocentrisme ou à une surestimation de ses capacités.

L’amour de soi, pour sa part, consiste à accepter qui nous sommes. Et ce n'est pas de la résignation pour autant. Il s'agit de voir nos défauts comme des traits de caractère qui rehaussent une personnalité qui ne serait pas aussi captivante si elle était lisse et parfaite. Justement, puisque nul n’est parfait, l'amour de soi nous incite à reconnaître nos défauts comme la contrepartie de nos qualités… et inversement.

Nul besoin de porter des jugements. L’estime de soi ne consiste pas à classer les gens sur une échelle du meilleur au moins bon ni à nous comparer aux autres. Nous sommes tous différents et s’aimer soi-même, c’est aussi aimer notre apport unique dans le monde. Les managers motivants rassurent d'ailleurs un équipier hésitant avec de petites phrases types « tu ne feras pas mieux, tu feras différemment et c’est ce dont nous avons besoin ».

L’estime de soi, c’est donc la liberté de vivre détaché du regard des autres et du jugement que nous pouvons parfois porter sur nous-mêmes.

L’image de soi n’est pas l’opinion des autres

On associe naturellement l’image au regard. La société nous pousse à préserver notre image de marque (parfois même à l’exagérer). Nous devons être beaux, ou du moins respecter les standards de beauté calculés dans un atelier de mode. Nous devons plaire et nous montrer à la hauteur quoi qu’il arrive quitte à vivre esclave du point de vue des autres. Et si l’image de soi dépendait du regard que nous portons sur nous-mêmes plutôt que de nos réussites ?

Avoir de l’estime pour soi, c’est se regarder avec bienveillance. C’est voir le progrès plutôt que l’échec. C’est voir la main que nous tendons aux autres plutôt que la réussite personnelle. C’est oublier les règles du jeu pour se rappeler les valeurs pour lesquelles nous nous battons. Peu importe les coups d'éclat, l’image de soi est belle lorsque l’intention est sincère.

La principale difficulté vient naturellement des feedbacks négatifs que nous recevons. Et parmi ces feedbacks, les règles de bienséance que l’on nous a répétées dans notre enfance occupent une place importante. Les avis continus des gens vis-à-vis de nos comportements finissent par créer des croyances. Et lorsque les croyances restreignent le champ des possibles, on parle de croyance limitante. Et la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vous en défaire. L’avis ou le ressenti des gens est une chose, vos valeurs, vos attentes et vos raisons d’agir sont une autre chose. L’opinion des autres ne reflète pas la réalité. Elle est la conséquence de leurs règles et de leurs valeurs, pas forcément des vôtres.

Vous avez le droit d’être différent. Une vieille maxime dit d’ailleurs « je rentre dans le moule, je sors du moule, je casse le moule ».

Avoir confiance ce n’est pas réussir à chaque fois

La confiance en soi constitue la troisième composante de l’estime de soi. Il est néanmoins important de bien distinguer les deux idées que certains confondent parfois. Avoir de l’estime, c’est croire en sa valeur tandis qu’avoir confiance c’est croire que l’on peut réussir.

La confiance nous aide à prendre des risques. Elle se révèle nécessaire pour sortir de notre zone de confort et espérer obtenir des résultats un petit peu plus beaux. Alors, bien sûr, le risque fait peur et nombreux sont les gens qui manquent de confiance en eux.

Le secret c’est simplement de se rappeler qu’avec une bonne préparation, on a plus de chance de réussir. Et si ça rate, on gagne en expérience… pour l’essai suivant. Les Shadoks ont imaginé une définition de la confiance en soi qui donne à réfléchir « En essayant continuellement on finit par réussir donc plus ça rate plus il y a de chances que ça marche ». Bien sûr, nous ne vivons pas dans un dessin animé, mais celui qui prend du recul se rend compte que manquer un objectif n’est pas une fin en soi… sauf si vous êtes funambule. Vous n’êtes pas funambule, n’est-ce pas ?

La gratitude constitue souvent un bon outil pour prendre confiance en soi. Elle consiste à observer et à prendre conscience de toutes ces petites choses qui vont bien et dont on ne se rend plus compte. Parce que si nos échecs nous marquent souvent, on oublie tout ce qui va bien et qui n’était pas forcément gagné d’avance à une autre époque.

Le manque d’estime n’est pas une fatalité

Chacun doute un jour ou l’autre, c’est normal. Dans les moments où votre estime manque de pétillant, vous pouvez vous rappeler ces quelques conseils :

  • Accepter ses limites. Pour progresser dans certains domaines, il faut accepter de mettre moins d’énergie dans d’autres.

  • Penser au présent. Il est utile de différencier un esprit d’analyse qui étudie le passé pour mettre un plan d’action au point et une pensée parasite qui entretient des émotions passées sans faire progresser la situation ;

  • Bien s’entourer. Tout semble bien plus atteignable quand les gens qui vous entourent proposent des solutions et contribuent à créer des croyances aidantes.

  • Faire des choix en fonction de ses valeurs. On s’épanouit rarement en imitant les autres, aussi prestigieux soient-ils.

  • Ne pas jeter la pierre aux autres. Les autres ne nous simplifient pas toujours la vie, mais chacun peut changer les choses. Celui qui prend les choses en main entretient une meilleure estime de lui-même.

Pour découvrir des exercices et développer votre estime de vous même, vous pouvez d'ailleurs consulter notre article sur l'estime de soi.



On s’interdit parfois d’avoir de l’estime pour soi-même, de crainte de devenir prétentieux ou égoïste. Et pourtant, ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Avoir de l'estime pour soi, c’est surtout s’autoriser à être soi-même, reconnaître la valeur de la différence et notre capacité à avancer justement grâce à cette différence. S’il y a une chose que personne ne fera jamais aussi bien que vous, c’est être vous-même.

Pour aller plus loin et recevoir régulièrement de nouveaux conseils, n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube de Jo. Chaque semaine, une vidéo vous présente des conseils, des hypnoses ou des phrases motivantes pour vous inspirer et vous surpasser.


À bientôt,


Adrien






18 vues0 commentaire